Allied – Duo de choc

Publié le 9 mars 2022 par Charles-Henry
espionnage

Après avoir enchainé les succès avec tous les beaux gosses et les gros noms d’Hollywood depuis plusieurs années, Marion Cotillard va cette fois faire alliance avec Brad Pitt pour ce film d’espion pendant la seconde guerre mondiale.

Réalisé par Robert Zemeckis à partir d’un scénario de Steven Knight, ce film se veut un thriller romantique dans la veine de Casablanca ou de Notorious.

Visuellement, c’est un film magnifique. La cinématographie, riche en atmosphère et en couleurs, est également très poétique, tandis que les décors et les costumes sont évocateurs et accrocheurs. La musique d’Alan Silvestri n’est ni trop envahissante ni trop discrète, mais plutôt entraînante et discrète quand il le faut. Il y a des moments palpitants et déchirants, mais aussi des moments poignants dans les scènes plus intimes.

Marion Cotillard donne un rôle nuancé et profondément ressenti, rien de moins que sensationnel. La performance de Brad Pitt est critiquée et défendue, mais, il était convenablement stoïque, bien que son personnage soit loin d’être aussi étoffé que celui de Cotillard, et il était un partenaire digne de Cotillard, un peu froid par endroits mais surtout ardent. Les seconds rôles sont excellents.

En revanche, le scénario et le rythme sont inégaux. Le scénario est le plus grand défaut, manquant de plausibilité par endroits, surtout dans les scènes de mission, avec trop de remplissage qui est trop long et n’apporte rien ou presque, et certaines parties destinées à être émotionnelles sont trop chargées en mélasse et en sentimentalité. On aurait pu faire beaucoup plus avec le sous-texte psychologique, ce qui aurait rendu le personnage de Pitt plus intéressant et donné à l’histoire un suspense et des frissons plus consistants.

Le rythme s’essouffle souvent, principalement à cause de scènes superflues qui manquent de dynamisme et durent trop longtemps, et aussi à cause de la mise en scène plutôt décevante de Robert Zemeckis. Il y a des moments, mais il s’agit de faire le travail, mais d’une manière artisanale et insipide, sans les frissons et l’intelligence que l’on attend de Zemeckis et qui sont présents dans ses meilleurs travaux.

Ce film avait le potentiel pour être épique en tant que romance de temps de guerre, beaucoup de bonnes choses, mais certains éléments l’ont empêché d’atteindre son plein potentiel.

Partager cet article :

Charles-Henry

Charles-Henry

En perpétuelle recherche de nouveautés culturelles en tout genre.

Soyez le premier à réagir

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

| A l'affiche au cinéma

Film2

Nick Kroll Talks Childhood Inspo